( 1 mars, 2008 )

L’histoire du dragon sans flammes

Je vais vous raconter une histoire vraie que ma grand mère m’a contée: elle la tenait de sa grand mère qui elle même la tenait de sa mère…

Nous sommes en 2105. Cela se passait il y a environ cent ans, en France dans une région appelée Lorraine proche d’une ville, Moulins, au Sud de Metz. Il s’y trouvait un collège situé au bord d’un canal. Un collège, il faut vous l’expliquer, était une école pour adolescents de 12 à 16 ans. Une classe, la 5ème 3, par une belle journée de printemps alla faire un cours de dessin de perspective près du canal et soudain… les enfants aperçurent un dragon tournoyant dans le ciel avant d’atterrir sur la berge droite, près d’un lit de branchages. Au milieu du nid se trouvait un gros oeuf blanc tacheté de noir, d’un mètre de haut. Le dragon volait et le surveillait.

Les élèves décidèrent de venir régulièrement observer l’œuf sans éveiller l’attention du dragon. Trois mois après cette découverte, en lisant le journal, les élèves apprirent qu’un dragon avait été tué. Ils pensèrent que c’était la mère dragon qu’ils avaient vue aux abords du canal. Vite ils retournèrent près du nid et surprise ! L’oeuf avait éclos et un mignon petit dragon dressait sa tête au milieu des coquilles cassées. Il avait le ventre jaune, le dos vert, le corps recouvert d’écailles avec de puissantes griffes et de petites ailes orangées. Ses yeux rouges fixaient les élèves avec étonnement. Les enfants décidèrent de le nourrir mais que mangeait-il? Des lézards? Des poissons? Des renards? Des rats? Des pissenlits? En fait, après différents essais, ils remarquèrent qu’il adorait les friandises: bonbons, sucettes, smarties, gâteaux tout y passait… A ce rythme il grossissait très vite, trop vite… On l’appela dragon-bonbon.

Un jour il voulut voler mais impossible : il était trop lourd. Les élèves décidèrent de le mettre au régime et de changer son alimentation : légumes, fruits, poissons, laitage. Du coup il perdit 50 kilogrammes. De temps en temps on le voyait planer au-dessus du collège et les élèves de 5ème3 lui faisaient un petit signe. Ils l’appelèrent dragvolant.

Subitement des objets disparurent. Notre bébé dragon devenait farceur: il chaparda des casquettes, une balle de ping-pong, un portable, un panier de basket. Chaque fois les enfants allaient les récupérer dans son nid qui était un vrai fouillis. Les autres élèves du collège soupçonnèrent les élèves de 5ème3 de toutes ces disparitions mais, à chaque fois, ces derniers rapportaient les objets cachés dans le nid et bien vite on sut que c’était le bébé dragon qui dérobait tout. Il n’était pas méchant car il ne savait pas cracher de feu, (étant orphelin, sa mère ne le lui avait pas appris), mais il lui arrivait parfois de lancer de petites flammes quand il éternuait.

Avec le froid de l’hiver, il s’installa au fond de la classe et était très attentif aux cours. C’était tout de même un élève bien encombrant. A la récréation, il passait son temps à regarder les poissons dans l’aquarium. Aux beaux jours, les élèves lui ouvrirent la fenêtre pour qu’il fasse un petit tour dans le quartier, mais à la sonnerie  il revenait toujours .

Un jour, la Directrice passa dans la classe car un de ses colliers avait disparu, elle fit une enquête. Les élèves cherchèrent partout : sur les étagères, dans les armoires, dans la poubelle et finalement, vous ne devinerez jamais où notre dragon l’avait caché… au fond de l’aquarium, un joli cadeau pour ses amis les poissons.

Quel dragon farceur ! Le collier fut rendu. Avec le beau temps, il quittait la classe de plus en plus souvent. Il avait fait la connaissance d’une jolie dragonne chinoise qui lui plaisait beaucoup. C’était pour elle qu’il avait volé le collier. Ils avaient décidé de vivre ensemble mais avant de quitter la classe ils voulurent emmener les jeunes sur leur dos à l’exposition sur les dragons au château de Malbrouck. Nos deux dragons amoureux nous quittèrent et eurent beaucoup de petits dragons prénommés Jordan, Mélodie, Jessica, Alexandre, Xhémilion, César, Amélie, Julien, Laetitia, Yoann, Agathe, Julian, Maxime, Ségolène, Jonathan, Guillaume et Cindy. (élèves de la classe de 5e3.)

Le gentil dragon manqua beaucoup aux élèves qui décidèrent de le reconstituer. Cette réplique exacte et fidèle de leur ami peut être vue dans cet ancien collège devenu un musée des écoles d’autrefois car n’oubliez pas nous sommes en 2105, c’est une histoire vraie que ma grand-mère m’a contée…

 

123456
« Page Précédente  Page Suivante »
|